Interview : Alexis Ajinça [en]

PNG

Nous avons rencontré le basketteur français, Alexis Ajinça. Il nous a parlé de ses expériences comme Français dans la NBA, de sa vie à La Nouvelle-Orléans, et de ce qui lui manque de la France.


Pourquoi est-ce que vous avez choisi de jouer au basket ?

Alexis : J’avais un ami de la famille qui faisait du basket. Je faisais du BMX en compétition, avant. Et puis, voilà. Il a voulu que j’essaie puisque j’étais déjà plus grand que la moyenne et m’a dit peut-être que tu aurais une meilleure carrière dans le basket que dans le vélo. J’ai essayé mais ça ne m’a pas empêché en grandissant de jouer au foot tous les jours.

Quelle est votre expérience en tant que Français à La Nouvelle-Orléans ?

Alexis : Je trouve déjà... la nourriture française, il y a pas mal de restaurants qui sont français. Donc, j’arrive à trouver un peu de ça. Je n’ai pas encore rencontré de personnes qui parlaient français. Je n’ai rencontré aucune personne qui parlait français. Donc, je trouve ça un peu impressionnant. Mais j’ai vu que certains restaurants ont des noms francais... ça c’est cool.

Quels aspects de la culture américaine vous étonnent ?

Alexis : La chose qui m’étonne le plus, c’est comment les gens disent bonjour. Chez nous, on sert la main. Ici, c’est juste en hochant la tête qu’on dit salut. Chez nous, on sert la main par respect. Donc, c’est un peu bizarre. Mais, ça fait presque dix ans que je suis ici donc maintenant, voilà, je comprends ce qui se fait.

Comment trouvez-vous la mentalité des américains par rapport aux sports ?

Alexis : Le basket est différent. Ici il y a plus de spectacles et le public est plus enthousiaste dans certaines situations. Dans le basket français, c’est plutôt – ils encouragent un peu plus. Ça dépend de la salle. Il y a pas mal de salles où les gens ne disent rien du tout. Mais c’est vrai que ce que j’aime bien des Etats-Unis, c’est que les gens vivent pour le sport. C’est quelque chose d’assez énorme à vivre.

Quelles sont les différences entre les entraineurs français et américains ?

Alexis : Je dirais que dans le basket français, c’est plus social. Ils parlent un peu plus à tous les joueurs. Ça dépend... Il y a une approche différente au niveau du coaching. Donc, c’est vrai. Quand je suis arrivé ici c’était différent.

Pourquoi considérez-vous la French American Night des Pélicans importante ?

Alexis : C’était sympa de voir des gens français. J’ai hâte de les revoir. J’espère qu’ils seront nombreux.

Est-ce qu’il y a des aspects de la culture française qui vous manquent ?

Alexis : Je dirais quand même la nourriture parce que même si il y a des restaurants français, ils n’ont pas les mêmes ingrédients qu’on a en France. Ici, le goût est différent. Il y a certaines spécialités qu’on ne trouve pas ici. Le fromage ou les lardons.

Qu’est-ce que vous anticipez pour votre carrière en 2015 ?

Alexis : Il y a l’équipe de France pour le championnat d’Europe 2015 qui sera en France. On remet notre titre en jeu. Ça va être assez important et j’espère faire partie de l’équipe pour justement défendre le titre. On verra bien ce qu’il va se passer.

Voir la vidéo :

Dernière modification : 22/02/2015

Haut de page